AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GroupesGroupes  MembresMembres  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des retrouvailles de toute intensité.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Psychopathic Thinker
..................................

..................................
Nombre de messages : 301
Date d'inscription : 12/05/2010
Localisation : Pegase.
Emploi : Commandant de l'Argos 012.




MessageSujet: Des retrouvailles de toute intensité.   Ven 29 Oct 2010 - 22:09

Des retrouvailles, deuxième version.

« Doux mot, agonie... Me croyant immortel, emporté par la frénésie d'un torrent de haine. Alors, j'ai abandonné mes souvenirs, je les ai laissé, derrière moi... J'ai tout abandonné. Jusqu'à mon avenir. Contemple moi, prend moi ! Disperse aux quatre vents les morceaux de ce corps perfide, torturé... Vient à moi, mon malheur est grand, alors acharne toi sur mon esprit jusqu'à me faire crier. C'était une belle journée. Allongé le corps est mort... Mais pour toi, c'est un homme qui dort. J'ai le souffle court, ultime, jusqu'à mon repos éternel. Faible, seul, j'ai cette souffrance au fond de moi... Ce regard posé sur mes lèvres desséchées... Je suis. Oui, mais à l'agonie. J'allais mourir, je le savais. Je la sentais toute proche, cette mort qui me guettait. Son regard vide semblait poser sur moi, elle m'examinait ; « Allais-je faire un bon mort ? ». Il fut un jour où les battements de mon cœur ralentirent, où ils ne furent plus que des murmures. J'avais contracté une maladie d'une planète visitée quelques temps plus tôt. Certes, j'avais le virus, mais le remède était resté sur place. Je ne pouvais pas y retourner, j'étais déjà trop loin et la fin de mon séjour s'était difficilement passée. Je chargeais la soute de l'Argos de leurs plus grandes richesses, j'allais filer à l'anglais sans le moindre problème... Satanés systèmes de sécurité. Mais en toute vérité, je m'y attendais ; je n'avais pas pris la peine de les désactiver. Mon temps avait été consacré à une jeune et jolie indigène... Dont le nom m'échappe, mais ce ne fut pas le cas du son corps. Résultats ; quelques trous noirs sous la coque du vaisseau. Or, après m'avoir tenu compagnie pendant un mois et demi, la mort ne voulut pas de moi. Même, elle s'est détournée. Je ne le compris pas, je n'aurais pas dû survivre... Je restais allongé longtemps dans le couloir menant à la salle des moteurs. De longues heures, les yeux errant aux grilles d'aération... De longues heures, à sentir la vie revenir en moi. La mort aurait été préférable. La souffrance fut terrible, comme jamais et je maudissais ceux qui trouvaient plaisir à souffrir. Mes artères, mes veines asséchées réagirent violemment quand le sang reprit son cours. Mes muscles, inactifs depuis trop longtemps, me plongèrent dans un état de contraction douloureuse. Je ne pouvais pas bouger, je pouvais à peine respirer. Ce fut comme... un feu, un feu ardent qui s'écoulait dans mes vaisseaux sanguins, dans mon cœur. Je brulais de l'intérieur. Aujourd'hui, je déteste cette vie. Je suis un mort exilé, une nouvelle fois mis à l'épreuve dans ce monde repoussant. Je ne vis, je survis. Alors, mon dessein est des plus funestes, relatif à mon esprit obscur. Je n'ai qu'un désir : semer le mal. Et qu'importe les moyens. Krypton n'est plus qu'un nom, à peine murmuré. Un vague souvenir. Je ne vois plus rien, je ne vois plus ce que ma vie a été là-bas. Il ne reste que des bribes d'images... De longs cheveux noirs, d'un visage délicat... Ma femme ? J'ai compris, le jour où le nom de mon fils restait mystère, que j'étais définitivement immoral. Depuis, j'apporte des réparations et des améliorations à mon vaisseau. Je me suis entraîné plus dur que jamais. J'ai dans le but de réunir les meilleurs mercenaires, assassins, biologistes, et scientifiques de la galaxie. Je voudrais passer le relais Omega 4. Il faudra du temps, car ce relais est le plus dangereux de cette partie de l'espace. On murmure que les plus belles richesses s'y trouvent, comme les plus noires créatures. Peu de vaisseaux ont passé l'Omega 4 ; certains ont explosé lors de l'essai, et les rares à l'avoir traversé ne sont pas revenus. La navigation y est des plus difficiles ; ce coin regorge de milliers de météorites de toutes tailles et de supernovas. Charmant. Aujourd'hui, je vais arriver aux abords de la planète Arkhana, sur laquelle je me suis déjà rendu. Cela tombe bien, l'Argos est à cours de carburant. Je connais étroitement l'un des principaux dirigeants de la planète, Jeremiah Alestair. Nous avons quelques... points en commun. Alors aujourd''hui, je me dirige, le sourire aux lèvres, vers mon bureau. Ce dernier est à l'image de son propriétaire, sobre et efficace. J'y ai emménagé des panneaux de contrôle et de navigation enfin de n'avoir pas à me déplacer trop souvent. Je lance un scan rapide, tiens tiens... Civilisation avancée, édifices de haute technologie. Intéressant. Et... Atlantis ? Non, vraiment ? Ce bon vieux Sheppard ! Pas encore mort lui ? Je pensais que ces charmantes créatures verdâtres se seraient chargées de son compte... Non, les Wratihs doivent le trouver... répugnant, ou désobligeant. Les deux peut-être. Quoique notre dernière rencontre... Eh bien, voyons ce que donnent les retrouvailles… Transportation réussie. John, bienvenue à bord de l'Argos 012 ».

credit photographie : (c) bazzart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ThE GaMe Is On
..................................

..................................
Nombre de messages : 5526
Date d'inscription : 13/07/2006
Localisation : Atlantis
Emploi : Leader d'Atlantis




MessageSujet: Re: Des retrouvailles de toute intensité.   Dim 12 Déc 2010 - 2:55
John n’était pas dans son état normal. Il était devenu amer, agressif et même solitaire. Mais il fallait comprendre ce pauvre militaire. Jamais dans sa carrière de leader de l’expédition Atlantis, il ne s’était retrouvé en telle posture de faiblesse. Il n’avait rien à offrir aux Arkhaniens en échange de leur hospitalité, car ces derniers avaient même plus qu’eux sur le plan technologique. Il était donc un prisonnier, même si sa prison n’avait pas de barreaux, ni de surveillants. Sheppard avait un sentiment d’avoir failli, de ne pas avoir pu faire au mieux pour ses hommes. Il avait déjà beaucoup de mal à accepter la mort de sa fille, un deuil qu’il ne pouvait pas se permettre de faire, car tout le monde se reposait sur lui pour gérer, régler et analyser tous les problèmes. Les gens semblaient oublier qu’il n’était qu’un homme et que le régime à plein temps sans repos, cela marche peut-être avec les machines, mais pas avec le corps humain. Mais bien entendu, tête de mule qu’il était, il faisait passer le travail avant sa santé, notamment pour ne pas se laisser aller à des exerces de réflexions qui l’auraient poussé à prendre du recul vis-à-vis de ce qui s’était passé et réaliser que tout n’était pas entièrement de sa faute. Ses amis, sans doute par pitié ou ne pouvant plus le supporter dans cet état de fatigue, avaient monté un plan diabolique qui fit que John se retrouva dans ses quartiers en train de dormir du sommeil du juste. CE n’est que 2 jours après qu’il s’était réveillé dans son lit avec une étrange sensation de s’être fait avoir par le maitre des potions, alias Carson Beckett.

L’avantage et il fallait l’avouer, c’est que ce sommeil avait eu un effet réparateur. John avait les idées un peu plus claires et cela permit à l’homme de prendre une douche et de se raser, car il s’était franchement laissé aller, il le réalisa en se regardant dans le miroir. Mais le militaire savait que ce n’était qu’un sursaut de lucidité et que dans quelques heures il allait replonger dans sa routine avec en prime un verre d’alcool arkhanien. L’échange de culture avait bien ses côtés positifs. Cet alcool faisait réellement décoller et permettait à Sheppard de complètement se déconnecter du monde extérieur en ayant un bad trip des plus mémorables. Enfin, pour l’heure il s’habillait tranquillement, lassement. Pourquoi mettre un uniforme, cela n’intéressait plus personne de comment ils étaient habillés. La Terre était on ne sait où et ce n’était pas dit que la cité redécolle. Après tout, la dernière fois, il y a 10 000 ans, quand les Anciens avaient décidés de faire quitter la Terre à Atlantis, et qu’elle s’était posée sur Atlantica, personne n’aurait cru la revoir décoller un jour. Peut-être avait-ce était une erreur de le faire. Après tout, être mort était toujours mieux que de se faire humilier par cette race.

Alors que le militaire arpentait les couloirs, en quête de son bureau, il eut l’étrange sensation que son alentour se dérobait sous ses pieds, et que la vision qu’il avait du couloir changeait du tout au tout. Pas de doute, c’était une téléportation…et pas des moindres. Il attérit dans un vaisseau, car le hublot montrait ce qu’il avait découvert des semaines plus tôt, c’est-à-dire une planète vu de l’espace. Il fit volte-face en entendant une voix l’accueillir et rapidement sa mine se décomposa. S’il y avait bien une personne en ce bas monde qu’il ne voulait pas voir en ce moment, c’était bien Dosan Scaden. Dans un long soupir, il pensa que sa malédiction frappait fort là et se laissa tomber dans un des sièges de la pièce.

« Manquait plus que ça…. »



_________________

    And it's coming closer ■ Driven by the strangled vein, showing no mercy I do it again. Open up your eye, you keep on crying, baby. I’ll bleed you dry. The skies are blinking at me. I see a storm bubbling up from the sea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pegasus-mystery.highforum.net

Psychopathic Thinker
..................................

..................................
Nombre de messages : 301
Date d'inscription : 12/05/2010
Localisation : Pegase.
Emploi : Commandant de l'Argos 012.




MessageSujet: Re: Des retrouvailles de toute intensité.   Jeu 30 Déc 2010 - 12:00
« Eh bien, Sheppard, je te savais plus diplomate... ». Je considère ce bon vieux colonel un instant, en silence. Le militaire n'était assurément pas dans l'un de ses meilleurs jours vu sa tête... et sa passivité. Je m'attendais à quelques démonstrations de force de sa part, il n'en est rien. Me voilà assez déçu, je prenais John Sheppard pour un homme d'action, c'est ce qu'il m'avait immédiatement plu chez lui... Une certaine fougue, des remarques charmantes... Toujours un mot pour plaisanter. Me ferais-je nostalgique d'un militaire défendant-les-veuves-et-orphelins de la galaxie qui m'a plus d'une fois tapé dans le système voire autre part ? Non, ce Terrien répondait toujours présent quand il s'agissait de contrecarrer mes projets. Mais loin de m'ennuyer, j'aimais à me battre avec lui... Souvent. Quand l'un avait le dessus, l'autre reprenait l'avantage, c'était épuisant... Mais jouissif pour celui qui gagnait. Et cela, n'importe où n'importe comment. Je penche un peu la tête à droite, dévisageant l'homme assis. Serait-ce donc la fin de l'intrépide John Sheppard ? Cela ne me sied guère d'y assister si je n'en suis pas la principale cause. J'interromps mon observation pour poser un regard sur les panneaux de contrôle que j'avais au préalable éteins. Je ne voudrais pas que l'atlante salisse ma réputation d'invité de marque en informant mes hôtes que j'ai infiltré leur terminal. Je m'avance vers un des interfaces, et j'y passe un doigt long et fin sur le haut de l'instrument. Après avoir jeté un rapide coup d'œil à mon propre hôte, je commente : « Un bel objet, hm ? Je ne doute pas que tu reconnaisses la provenance de celui-ci... A moins qu'avec ta fierté, tu ais aussi perdu ta mémoire. C'est fou ce que cache les greniers de quelques paysans de nos jours ». Je reporte mon attention sur Sheppard tandis que je fais quelques pas en sa direction. « Eh bien, il semblerait que les boissons locales soient dans tes grâces, cela est bien désolant mon cher... ». Je marque une pose puis continue : « Alors, Atlantis prend des vacances ? Arkhane n'est assurément pas la meilleure destination, j'aurais plutôt opté pour Elessa... ». Bien sûr, j'étais au courant du statut des Atlantes ; invités dans uneune prison dorée. Arkhane a toujours été une civilisation des plus avancées de ce côté de la galaxie. Je suppose donc que ce voyage se passa dans l'urgence, car en connaissance de cause, les habitants de la Cité ne se seraient jamais rendus sur cette planète. Une autre petite chose confirmait cette hypothèse... « C'est étrange, John, mais il me semble que la Cité des Anciens ne compte plus un membre en son sein... Que dis-je, un membre ? Un des principaux dirigeants... Le docteur Weir. Lors du scanner, sa présence ne fut point détectée. Or pourtant sa signature énergétique était bien enregistrée dans les données... Qu'est-il donc arrivé à cette douce Elizabeth ? J'espère rien de grave, mais cet espoir est bien faible quand j'ai pu constater que Atlantis s'était toujours trouvée avec la diplomate... ». Je lui souris, guettant sa réaction. Si le colonel daigne se manifester, bien sûr... Donc le petit John-John avait perdu sa môman Weir ? Quelle tragédie, vraiment... J'avais toujours souhaité confier à Elizabeth combien elle était attractive... pour une femme de son âge et de son rang. J'avais déjà pensé à quelque chose concernant le Terrien, bien qu'au jour d'aujourd'hui, cela n'entre nullement dans mes priorité. Mais il adviendra que dans quelques temps, je me lasserai de cette planète, il me faudra alors la quitter. En emportant bien sûr, quelques... souvenirs, c'est la règle. Je pourrai, je ne sais encore de quelle manière, venir en aide aux Atlantes. Un dessein généreux ? Que nenni. Il me faudra quelque chose en échange, quelque de chose de très spécial... De grand, à mon image. Je me place tout près du militaire, amusé. Je me redresse, attrape une bouteille de l'alcool autochtone. Je la porte à mes lèvres, savourant le précieux liquide. Je fais un signe de tête à mon interlocuteur. « John, vous qui avez l'air de l'apprécier ? En manque peut-être ? ». D'alcool, de sexe ? Je peux aisément subvenir à ces besoins. Il est vrai qu'étrangement, j'ai toujours éprouvé une attirance pour Sheppard. Un désir étroitement entremêlé à cette sorte de haine, de répulsion que son être m'inspire. Mais visiblement,c'est en train de changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ThE GaMe Is On
..................................

..................................
Nombre de messages : 5526
Date d'inscription : 13/07/2006
Localisation : Atlantis
Emploi : Leader d'Atlantis




MessageSujet: Re: Des retrouvailles de toute intensité.   Dim 2 Jan 2011 - 3:51
Assis à cette table, la bouteille devant lui, le visage appuyé contre sa main, l’air complètement blasé et résigné, Sheppard soupira…encore. Bon d’accord, il n’était pas très sport avec Dosan, il fallait y mettre un peu de volonté pour lui faire plaisir, après tout, il était son invité, la moindre des choses était bien qu’il soit plus diplomate.

♦ Mille excuse…je recommence….bonjour Dosan… Ton derrière s’est finalement remis de mes services ? …je suis toujours heureux de te donner une bonne fessée, tu le sais bien

Il prit la bouteille, la leva en direction de Dosan et en but une bonne gorgée. Il y avait dans ses propos une mauvaise raillerie. C’était l’alcool. Il faisait ressortir un caractère amer, encore plus noir que d’habitude. John n’était pas violent en étant saoul, mais il avait cet art d’être l’antichambre de la désolation morale. Plus les verres s’enchainaient, plus il devenait l’ombre de lui-même. Une merveilleuse copie de son père, ce dernier serait sans doute fier de voir son fils couler à pic après toutes ces disputes. La voix de la raison disait au militaire de garder la tête sobre. Trouver Dosan ici était déjà une étrange chose. Certes, il était un voyageur, mais John ne croyait plus depuis un certain temps aux coïncidences. Il devait y avoir une raison, il y en avait toujours une. De plus sa relation avec Dosan était très volatile. Un parcours du combattant pour savoir qui aurait le dernier mot qui pouvait durer pendant des heures et des heures et se terminer parfois « tragiquement ». Mais il devait dire que de tous ceux que John avait rencontrés, et qui en principe voulait du mal ou quelque chose de lui, Dosan était le plus plaisant à côtoyer, et à regarder. Mais en cette fatidique journée, il n’avait pas envie de voir Dosan, ni même de lui parler. Il voulait qu’on lui foute la paix, il voulait son lit et la torpeur que le sommeil lui amènerait. Mais comme toutes les formes de vie s’étaient ligués pour lui rendre sa vie un calvère, c’est avec un agacement apparent et une envie non caché de prendre son arme, tirer sur Dosan et détourner son vaisseau pour le faire se percuter contre la Tour d’Arkhane, qu’il était assis là à regarder Dosan le détailler soigneusement.

Il devait être beau le Colonel. John pouvait voir tout le scan dans l’expression faciale de l’autre homme. Un intéressant jeu de tiraillement de muscles faciaux. Enfin, il n’était pas un expert, il connaissait juste assez en tant qu’interrogateur pour savoir reconnaitre certains comportements. Peu intéressé, voir pas du tout intéressé par ce que faisait Dosan, John se contenta de le suivre du regard. Il attendait simplement que l’autre se lasse, qu’il puisse « rentrer ». Certes il avait vu des symboles qui s’apparentaient à la langue arkhanienne, mais que Dosan discute avec Jane Doe Sk’aranienne ou Joe Doe Scirocconien, ou même qu’il foute un virus dans le trou du cul de sa majesté Jeremiah, il n’en avait strictement et royalement rien à faire.

♦ C’eeeest clair » répondit-il à la remarque de Dosan. « Quand tu en auras marre de ta vie, tu pourras te recycler comme chineur…la belle gueule tu l’as, te manque plus qu’à acquérir un peu de civilité et de classe et tu feras fortune

Sheppard leva un pouce, se moquant ouvertement du Kryptonien. L’alcool aidant, il leva sa bouteille à Dosan once again et en but un bon coup avant de ricaner en secouant la tête.

♦ O Dosan…tu as un de ces humours…il va finir un jour par m’achever…mais puisque tu es un si aimable et doué agent de voyage, je ne manquerai pas de te donner un coup de fil la prochaine fois qu’on part en vacances…promis

Le bon Colonel reposa sa bouteille sur la table et perdit son sourire à l’évocation du docteur Weir. Sa mine s’assombrit, son regard se fixa sur le contenu du contenant en verre posé devant lui avant qu’un nouveau rictus ne transperce son être.

♦Elizabeth… tu n’es plus véritablement à jour concernant la cité, c’est vrai ça

Il se leva, s’étirant quelque peu avant d’aller vers la grande baie qui donnait sur l’espace. Sa relation avec Weir n’était pas des plus glorieuses. Heureux sont les ignorants disait-on, on ne pouvait pas être plus juste. Elizabeth était devenue un monstre. Un concours de circonstance qui l’avait poussée hors de ses limites. Elle l’avait aimé, elle ne le lui avait jamais caché. Il l’avait protégé de ses pulsions destructrices, car après Jake ou Leto, cet asuran s’étant infiltré dans la base et qui avait entretenu une relation avec elle, avant de la trainer dans la boue, la sallir, la mûtiler jusqu’à ce qu’elle en oublie qui elle était et tente de le tuer lui, Elizabeth avait changé. Elle ne s’était plus occupé de la cité, même plus d’elle et avait finalement quitté les lieux avant de réapparaître dans un autre corps , sans aucune explication…John se souvenait encore des coups de feu qu’il avait tiré, du corps qui tombait avec grace au sol…un autre souvenir qui le hantait, un autre poids qui s’ajoutait sur la pile des gens qu’il n’avait pas pu protégé, mais Dosan n’avait pas besoin de savoir qu’elle était morte…personne ne le savait d’ailleurs, sauf son équipe. Il s’éclaircit la gorge, entamant sa petite histoire.

♦ Je te la fait short story ...elle a été violée, torturée, manipulée par un asuran, elle a ensuite quitté la cité, et 3 ans plus tard la voilà qui débarque dans un corps replican…elle dérive en veille quelque part dans la galaxie….

Il revint sur ses pas, se rapprochant de Dosan alors que ce dernier goûtait ce précieux liquide de l’oubli. Il avait avec le temps oublié certains détails du visage de Dosan. Des détails qui lui sautaient aux yeux à présent. Comme par exemple l’intensité du bleu de ses yeux, ce regard. Il se surprit même à fixer ses lèvres. Cela ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Très longtemps. La magie avec Carson n’opérait plus depuis longtemps, et s’ils étaient encore ensemble, ce n’était certainement pas dans la pratique…enfin…John se forçait à faire ce qu’il devait faire, mais leurs beaux jours étaient à ses yeux plus d’actualité.

♦ L’apprécier ? Haha, tout juste la supporter….Pourquoi serai-je en manque ? Regarde donc, l’on est sur une planète qui a tout, et nous fournit en tout…je suis le plus heureux des hommes , cela ne se voit donc pas ?

Il se rapprocha encore plus de Dosan, s’imiscant dans son espace personnel, le toisant du regard. Trop près sans être à portée, trop proche sans toucher. John ne s’était pas encore réellement réveillé, mais il le provoquait. C’était ce qu’on attendait de lui, il était un soldat, il réagissait de tel sorte. Dosan constituait sa seule distraction depuis plus d’un mois.

♦ Mais peut-être est-ce toi qui es en manque

Ses lèvres s’étirèrent dans un certain sourire, mêlant un « je suis content de te voir » à un « ne crois pas t’en sortir cette fois », le tout enrobé d’un « qu’est-ce que tu veux ».

_________________

    And it's coming closer ■ Driven by the strangled vein, showing no mercy I do it again. Open up your eye, you keep on crying, baby. I’ll bleed you dry. The skies are blinking at me. I see a storm bubbling up from the sea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pegasus-mystery.highforum.net

Psychopathic Thinker
..................................

..................................
Nombre de messages : 301
Date d'inscription : 12/05/2010
Localisation : Pegase.
Emploi : Commandant de l'Argos 012.




MessageSujet: Re: Des retrouvailles de toute intensité.   Jeu 20 Jan 2011 - 17:20
« Oh, mon cher John, tu sais bien que seule ta main est faîte pour mon fessier... Et vice versa. Et bien, je me suis lourdement trompé, notre Sheppard national en forme... Première allusion érotique à ce que je vois... » Je l'observai du coin de l'œil, portant un nouvel intérêt au militaire. Il semblait plus... noir, plus tourmenté. Et dieu que cela m'excitait. Mais j'espérais sincèrement que ce cher John ne passerait pas du côté obscur de la force. Deux raisons à cela ; la première étant que je n'aurais pas été la cause de sa perversion, ce que jamais je n'aurais permis. La deuxième, c'est qu'un John méchant n'est pas un... John. Je n'ai jamais rêvé de régner en sa compagnie sur l'univers, je ne doute pas que je me serais dès lors lassé de lui. Or cet homme me semble inaccessible, c'est pourquoi tout me tend vers lui. Et mon désir de quelqu'un ne fut jamais autant mis à l'épreuve, et aussi, d'une telle intensité... J'ai parfois cru devenir fou... Enfin, plus que je ne le suis déjà. Je ne soufflais mot aux touchantes remarques de mon invité, je n'y prêtais guère attention et les répliques d'un homme ivre ne sont jamais d'une grande clairvoyance. Néanmoins, je n'aime pas être insulté, et saoul ou pas, John devrait le savoir. Après la déception, vais-je ressentir du mépris pour cet homme ? Assurément, et cela me cause un certain ennui... Dans la mesure du possible, bien entendu. « Si quelqu'un t'achève, ce ne sera pas certainement pas moi... Non que je doute de ma réussite dans ce projet, mais tu parviendras très bien à te détruire, sans mon aide. Une mort si pathétique... Et quel intérêt de porter le coup fatal à un homme déjà abattu ? ». J'observai alors la réaction de mon hôte quant à l'évocation d'Elisabeth Weir... A cette chère « Lizzie » comme j'avais l'habitude de la nommer. Ce qui avait, par ailleurs, le don de l'énerver. Ah, que les femmes sont désirables lorsque la colère les habite. « John, réfléchis un peu, même si je sais pertinemment que ce n'est pas chose facile dans ton... cas. Depuis que Weir m'avait fait passé pour l'assassin le plus dangereux de la galaxie, il ne m'étais pas aisé de me balader dans le coin... ». Il est vrai que cette femme avait bien œuvré ; ma réputation avait été des plus éclatantes. Bien sûr, il avait été plus délicat de voyager alors j'avais voilé mon identité. En parlant de cela, j'avais beaucoup ris quant aux avis de recherche sur plusieurs planètes ; ils soupçonnaient tous les bruns aux yeux bleus avec un certain sex appeal. Enfin, que voulez-vous, je n'allais pas mettre en cause ce que Dame Nature m'avait généreusement pourvu... J'écoute, amusé, la courte biographie de l'ancienne leader d'Atlantis. « Eh bien, je suis impressionné.. Qui aurait cru qu'un Alien aurait désiré une humaine ? ». Je ne pouvais supporter l'union entre deux races différentes, non que je considérais les Asurans comme supérieurs, mais voyez, quand on les compare aux terriens... Jamais je ne pourrai mêler mon sang à celui d'un non-Kryptonien, ce serait faire outrage et honte à mon peuple. Mon peuple... Mes frères, mes sœurs... Dont je parle encore au présent... Il le faut, il m'ait nécessaire de... de croire encore... Je me détourne du militaire, car mes traits se crispèrent un instant. Au même moment, Sheppard s'approcha de moi, provocateur. Je ne bronchai pas lorsqu'il me dévisagea, une expression au visage qui avait l'air de demander : « La vue est plaisante ? ». Je le regarde de longues minutes, perplexe. « L'homme le plus heureux, toi ? Bon sang Sheppard, tu ne vas pas me faire croire ça, pas à moi... Et ton cynisme est ridicule ». Car il était vrai que je connaissais bien le colonel, je restais persuadé que ceux sont les ennemis qui se connaissent le mieux. De nouveau silencieux, je le laissai s'approcher. Je posais alors un doigt sur sa joue, jusqu'à ses lèvres, finissant de franchir les quelques mètres en nous. « John, John... John... ». Mes lèvres frôlèrent les siennes, mon souffle régulier se mêla au sien, enfin, mes yeux bleus accrochèrent le regard assombri de l'homme. Et doucement, je déclarais : « Non, non Sheppard, je ne suis pas en manque... Je ne suis pas de cette catégorie d'hommes qui dépendent d'une entité... Je n'ai pas cette faiblesse là ». Je m'écartai alors de lui, me dirigeant vers le couloir. Je me tournai vers le militaire, en lui disant simplement : « Viens ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ThE GaMe Is On
..................................

..................................
Nombre de messages : 5526
Date d'inscription : 13/07/2006
Localisation : Atlantis
Emploi : Leader d'Atlantis




MessageSujet: Re: Des retrouvailles de toute intensité.   Lun 7 Fév 2011 - 2:18

« Oh, mon cher John, tu sais bien que seule ta main est faîte pour mon fessier... Et vice versa. Et bien, je me suis lourdement trompé, notre Sheppard national en forme... Première allusion érotique à ce que je vois... »


♦ Au moins tu vois, c’est déjà ça de gagner

Il ne pouvait s’en empêcher, il devait répliquer, à tout et n’importe quoi, non pas parce qu’il aimait avoir le dernier mot comme Rodney, mais simplement parce qu’il fallait l’admettre, il n’avait fait que fournir des contre arguments depuis qu’ils avaient atterrit sur cette stupide planète. Le fait que Dosan soit devant lui était une distraction, rien de plus. Il allait juste attendre que l’Alien se lasse de jouer avec sa personne et retourner sur la cité, ni vu , ni connu. Pour l’heure, il était en train de l’observer et le militaire connaissait assez son interlocuteur pour apercevoir un certain état d’excitation, sans doute parce que John n’était pas le même homme qu’il avait connu. Il l’admettait volontiers, il était plus aigre, plus noir dans ses propos et ses relations avec les gens, mais le bon cœur et l’altruisme qui faisait la légende Sheppardienne était toujours et resterait bien présente. Il ne voyait pas l’intérêt de faire du mal à leurs hôtes, d’une certaine façon même si sa situation l’agaçait, il comprenait la méfiance des conseillers Arkhaniens, après tout, ils pourraient constituer un danger ou une menace, bien que le colonel ait expliqué maintes fois qu’ils n’allaient pas les attaquer. Parfois il avait l’impression de mener un dialogue de sourds avec un peu tout le monde.

Cette impression se renforça quand Dosan reprit la parole. Il croyait vraiment qu’il était en si mauvais état ? Saoul, ivre mort et abattu ? Certes il ne s’était pas vu dans un miroir depuis fort longtemps et n’était sans doute pas aussi soigné que d’habitude, mais de là à carrément affirmer qu’il n’était plus qu’une loque à l’abreuvoir, cela faisait déjà un drôle de sentiment. En fait il était déçu de Dosan. Déçu qu’il pense une telle chose de son meilleur ennemi. John avait appris dans Pegase à faire sa pute. Il communiquait ce qu’il voulait communiquer pour avoir ce qu’il voulait. Weir lui aura au moins appris cela au cours de son séjour parmi eux. Que Dosan le juge inapte à réfléchir ou autre à cause de la boisson, l’arrangeait, car il pourrait ainsi agir quand il le voudrait et profiter d’un effet de surprise. Non pas qu’il allait tuer Dosan, non, il n’était pas de cette branche là. Il n’était pas Scaden pour avoir envie de tuer quelqu’un, parce que sa figure ne lui plaisait pas. Sinon il aurait déjà tué la moitié des habitants d’Arkhane pour une raison ou une autre.

« Si quelqu'un t'achève, ce ne sera pas certainement pas moi... Non que je doute de ma réussite dans ce projet, mais tu parviendras très bien à te détruire, sans mon aide. Une mort si pathétique... Et quel intérêt de porter le coup fatal à un homme déjà abattu ? ».

♦ Tu aurais aussi pu dire que tu étais occupé…ça aurait épargné à mon pauvre petit cœur de se fendre en …à mais oui, je n’ai aucun cœur disponible pour toi, c’est vrai

« John, réfléchis un peu, même si je sais pertinemment que ce n'est pas chose facile dans ton... cas. Depuis que Weir m'avait fait passé pour l'assassin le plus dangereux de la galaxie, il ne m'étais pas aisé de me balader dans le coin... ».


♦ Oh pauvre petit, il ne pouvait pas faire mumuse comme il voulait à cause de la méchante Weir…je vais pleurer

Dosan était un peu trop amusé à son goût, enfin, c’était son droit, John était la dernière personne qui allait critiquer cet état d’esprit. Cependant, la remarque du commandant le fit lever des surcils. Il était impressionné par quelque chose qu’il faisait lui-même ? A moins que John ne soit pas humain et que Dosan ne soit pas un Alien. Cela devait être cela, il s’était trompé à la réception. Sans doute que l’épisode de leur dernière rencontre n’était qu’un dommage collatéral malencontreux. Bien que John fut tenté de pointer cette contradiction, il n’en fit rien, se contentant simplement de hocher de la tête. Il devait bien continuer dans ce qu’il avait continué. Une distraction du moment, voilà effectivement ce que Dosan offrait au militaire en frôlant ses lèvres contre les siennes, en mêlant son regard au sien. John ne répondit cependant pas, restant silencieux et immobile. Que pensait-il ? Pas grand-chose, il n’y avait de stratégie que l’envie de sortir de ce vaisseau. Un sourire naquit sur les lèvres du Colonel. Pas de cette catégorie d’hommes hein ? C’était peut-être vrai, mais Dosan avait une faiblesse pire que celle qu’il attribuait à Sheppard et ce n’était certainement pas à Sheppard de lui dire, sous peine de perdre son moyen d’avoir le dessus sur le bon commandant qui décida qu’il était temps de faire un tour. En bon invité, John le suivit, après tout, la politesse est toujours d’usage, même entre ennemis.

_________________

    And it's coming closer ■ Driven by the strangled vein, showing no mercy I do it again. Open up your eye, you keep on crying, baby. I’ll bleed you dry. The skies are blinking at me. I see a storm bubbling up from the sea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pegasus-mystery.highforum.net

Psychopathic Thinker
..................................

..................................
Nombre de messages : 301
Date d'inscription : 12/05/2010
Localisation : Pegase.
Emploi : Commandant de l'Argos 012.




MessageSujet: Re: Des retrouvailles de toute intensité.   Jeu 24 Fév 2011 - 17:04
« Je jetai un coup d'œil par dessus mon épaule, m'assurant que John Sheppard me suivait. Je lui adressai un bref sourire malveillant et équivoque avant de m'élancer. Courir était pour moi... comme une seconde nature, puisque aligner un pied devant l'autre avec vitesse est souvent vital. Je me suis aperçu, il y a fort peu de temps, à quel point prendre les jambes à son cou avait de sens pour moi; sans cela, je serais assurément mort à cette heure-ci. Depuis la disparition de Krypton, je passe ma vie à courir, à en perdre haleine. Peut-être que cette course effrénée correspondit avec un désir d'oubli; plus je m'éloignais du coin de la Galaxie qui m'a vu naître, plus je pouvais faire taire l'indicible, faire taire cette faiblesse profondément ancrée en moi. Bassesse d'esprit que je ne pouvais alors pas accepter, ni comprendre. Pendant de longs mois je ne ressentis plus rien, pourtant, j'avais assisté à la mort de mon peuple. Je n'éprouvai ni regret, ni tristesse, ni rien de rien. Il fallut se rendre à l'évidence, toute trace d'humanité avait disparu en moi, en même temps que les miens. Alors de cette faiblesse, j'en fis ma force. Oui, je ressentis à nouveau : haine, rancœur, vice, vengeance, cruauté. Et me voilà tout ravi d'être à présent un athlète complet. Je n'avais pas le choix. Il fallait échapper aux réprimandes des hôtes que j'avais volés, disparaître devant les Wraiths, entamer une course endiablée avec les bandits du coin... Vraiment, ces dernières années furent un entraînement physique intensif. Et il ne faut pas croire; le plus d'énergie demandé n'était pas dans la fuite des bonhommes verdâtres ou des ivrognes rencontrés ici et là, non, mais dans la danse la plus ancestrale du monde. Autrement dit, la danse à l'horizontale. Le sexe quoi. Car, j'approuve haut et fort : il n'y a pas que la fête dans la vie, il y a le sexe aussi. Il est évident que je suis un danseur des plus performants et de grande expérience ; il faut dire que j'ai eu un long entraînement pour parfaire techniques et positions. Quitte à être une bête, je préférais être une bête de sexe : préférence qui fut marquée par un éclatant succès. Et oui, certains seraient surpris d'apprendre cela mais... les bombes, je les préfère sexuelles, et les attentats, à la pudeur. Quoique très souvent, il me plait à combiner les deux; le sexe et le sang. Après un combat acharné, après des coups assénés violemment, viennent les caresses. Et qu'il m'est agréable, d'un coup de langue avisé, de défaire mon partenaire de ses gouttes de sang... D'ailleurs, John Sheppard est l'un de mes compagnons de « jeux » favori. Si seulement il se lassait tenter un peu. Ne dit-on pas que le meilleur moyen de résister à la tentation est d'y céder ? Mes pas sont légers, rapides, et je connais bien mon vaisseau. Malgré, je suppose, de grandes compétences, le Terrien fut distancé. Peut-être qu'il ne s'est pas prêté au jeu, simplement. C'est bien dommage, parce que plausible. Je l'appelle, le guidant vers moi, d'un ton amusé. J'arrive enfin dans la salle d'Étude ; c'est une pièce circulaire, spacieuse et sombre. J'y attends sagement mon invité, tout en allumant quelques artefacts. Une carte de l'univers apparaît alors dans toute la pièce. J'ai toujours aimé venir ici, pas pour regarder les étoiles – cela est d'un tel ennui ! – mais pour apprécier le nombre de planètes que j'avais visitées, et donc volées. Lors de mes visites, outre le fait de prendre la liberté de ramener quelques « souvenirs », je note minutieusement l'Histoire de chaque peuple ; si c'est une société archaïque, ou au contraire développée, quelles y sont les coutumes, les mœurs etc. Une grande partie de cette nomenclature, que j'appelle plus communément l'Encyclopédie, fut consacrée aux évènements relatifs aux Croisades Détriennes, pour lesquelles je me passionnai. D'ordinaire, les peuples étrangers, donc inférieurs aux Kryptoniens, me sont indifférents. Or, quelques fois, il arrive que certaines sociétés, comme celle d'Arkhane, soient avancées dans de nombreux domaines : technologiques, politiques, sociaux etc. Alors, il est tout à fait possible que je leur porte un intérêt. Rapidement, j'entre les coordonnées tant de fois tapées. Et comme toutes les fois précédentes, rien n'apparait sur la carte virtuelle. Rien, un trou béant, un vide galactique. J'en viens à me poster près de ce non-lieu, et je revois la civilisation vertueuse, les édifices. Alors mes yeux tombent sur l'artefact, y lisant machinalement : […] anciennement Krypton ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ThE GaMe Is On
..................................

..................................
Nombre de messages : 5526
Date d'inscription : 13/07/2006
Localisation : Atlantis
Emploi : Leader d'Atlantis




MessageSujet: Re: Des retrouvailles de toute intensité.   Dim 1 Mai 2011 - 22:52
John suivait sans grande envie. Il avait un instant pensé rester simplement dans cette salle, et attendre que son hôte surprise ne se lasse de lui et le renvoie sur Atlantis. Mais il fallait bien jouer le jeu. Le militaire n’en avait pas envie du tout et même s’il avait joué, il savait très bien que ce n’était qu’un échauffement, ce titillement quelques secondes plus tôt. A chaque rencontre, Dosan se donnait un moyen plaisir de faire ressortir en lui une part qu’il ne voulait pas voir. Un grand et long soupir accueillit la course de Dosan. Il n’y avait pas le feu quand-même. Certes John n’était pas vieux, mais il n’aimait pas se fatiguer pour rien. Il faisait toujours de longues courses avec Ronon, ce qui lui permettait de rester en forme, mais pour les beaux yeux de Dosan, il se contenta de marcher plus rapidement que d’habitude. De toute façon Dosan n’allait pas le laisser tout seul dans son vaisseau, il n’était pas aussi idiot que cela. Il fallait juste attendre le signal, la douce voix de son kidnappeur prononcer son nom. Dans d’autres circonstances, il l’avait crié, haut et fort, d’une voix pleine d’extase, mais John en comptait pas se retrouver à nouveau dans cette situation. Il avait promis, si tant soit peu sa parole avait une valeur quelque conque. Il arriva donc bien après Sculen dans une pièce circulaire, spacieuse et sombre. Cela semblait être une sorte de salle d’étude ou bibliothèque, il n’aurait su le dire, en tous cas, c’était typiquement Dosanien, moderne, trop moderne, un peu volé par ci par là , John en était sûr. Il s’avança en silence, traversant l’hologramme de la carte de l’univers qui emplissait la salle. Il s’arrêta à la droite du Kryptoniens et croisa les bras en regardant la nuée d’étoiles, planètes et autres qui tournaient paisiblement dans un silence relatif. Cela faisait bien longtemps que le regard de John concernant les étoiles avait changé. Il n’y avait plus de magie, plutôt de l’angoisse : Sur cette planète il y a des Wraiths, sur celle-là il y en aura, sur une autre il y en a eu…cette planète a été détruite par les explicateurs….sur l’une d’elle réside Ford, Weir…Ronon. Le ciel étoilé ne lui avait jamais apporté la paix, juste une conviction et une résolution qu’il allait régler le problème. Ces temps-ci, il ne levait la tête que pour tenter, en vain, d’apercevoir la Terre. Chose complètement stupide, comme lui aurait fait remarquer Rodney, vu qu’ils n’étaient pas dans le bon cadran de la galaxie pour regarder.

♦ J’aurai pensé que ton tableau de chasse serait…plus en forme »

John l’observa entrer des coordonnées, et la carte changea pour afficher….un trou. Il ne fallait pas être un géni pour savoir de quoi il s’agissait. Sheppard ne s’était jamais intéressé à la nation de Dosan. Il n’en avait pas eu le temps d’ailleurs, car leurs rencontres avaient toujours été brèves, tumultueuses et intenses. Sheppard tourna la tête vers Dosan.

♦ Et c’est moi le plus pathétique dans l’histoire ? Si tu pouvais éviter de me téléporter à chacun de tes épisodes nostalgiques, surtout maintenant que ma planète natale est aussi un trou béant, je t’en serai très reconnaissant….sérieusement Dosan…qu’est-ce qui t’arrive ?



_________________

    And it's coming closer ■ Driven by the strangled vein, showing no mercy I do it again. Open up your eye, you keep on crying, baby. I’ll bleed you dry. The skies are blinking at me. I see a storm bubbling up from the sea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pegasus-mystery.highforum.net

Contenu sponsorisé

..................................

..................................




MessageSujet: Re: Des retrouvailles de toute intensité.   Aujourd'hui à 6:54
Revenir en haut Aller en bas
 

Des retrouvailles de toute intensité.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Pegasus' Mystery :: [E]xploration :: Ships :: Argos 012 :: Salle de la source d'alimentation-