AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GroupesGroupes  MembresMembres  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Charline Finnigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité
..................................

..................................




MessageSujet: Charline Finnigan   Jeu 30 Oct 2008 - 16:41
IDENTITY


  • Nom: FINNIGAN

  • Prénoms: Charline Noémie

  • Age: 31 ans

  • Nationalité: Franco-Canadienne

  • Profession: Responsable de la Réserve (et leader de tous les traffics présents sur la Cité)
    • Spécialisation: You don't wanna know...



CHARACTER


  • Caractère:

    Autant le dire tout de suite, Charline ne raisonne pas comme le commun des mortels. Elle a sa logique bien à elle et vit totalement dans son monde. Pour beaucoup c’est une cinglée qui n’aurait sa place que dans un asile mais lorsque l’on prend la peine de chercher à la connaître, on se rend bien vite compte que c’est finalement une jeune femme possédant une rare profondeur d’esprit.

    Son côté femme-enfant donne envie de la protéger et la rend très attachante. Pas mal de gens qui la côtoyaient sur Terre se sont aperçus un peu trop tard qu’ils tenaient finalement à elle beaucoup plus qu’ils ne l’imaginaient. C’est comme si Charline véhiculait un étrange syndrome qui contamine tous ceux qui ont accepté de rentrer dans son univers et de faire partie du jeu. Une fois à l’intérieur, vous ne voulez plus quitter son cercle…

    L’une des raisons qui fait qu’elle redonnerait le sourire à la personne la plus dépressive qui soit vient du fait qu’elle-même sourit tout le temps. Elle véhicule une joie de vivre permanente, très communicative et ne voit la vie qu’en rose, exit le noir et blanc. Il ne vaut mieux pas essayer de comprendre pourquoi elle a cette vision des choses car d’une part il serait très difficile de découvrir la vérité et d’autre part cela fait partie du mystère et si chercher pourquoi reste amusant une fois découvert le jeu perd tout son attrait. C’est un peu comme à Noël, l’excitation avant d’ouvrir les paquets et une fois dépouillés de leur surprise magique ils perdent de leur intérêt.

    Mais ne vous y trompez pas… Charline est loin d’être bête et mieux vaut l’avoir dans sa poche que contre soit. Elle peut se révéler être une véritable peste insoupçonnée par son apparente innocence. Si on lui donne le bon Dieu sans confessions, elle n’est pas non plus naïve. Du moins, pas autant qu’on peut le penser...



  • Physique :

    Pour ne donner que de sommaires chiffres, Miss Finnigan mesure environ 1m77 pour 58 petits Kilogrammes.

    De sa silhouette frêle, Charline inspire la fragilité. Ses pupilles d’une teinte très claire lui confèrent un regard perçant aussi angoissant qu’attendrissant. Sa peau de neige fait d’autant plus ressortir sa chevelure naturellement ébène lui donnant presque des allures de Snow-White bien malgré elle. Côté formes féminines, on ne peut pas dire que les individus aimant les mensurations élevées pour la poitrine et les fesses soient ravis mais elle peut faire quelques jalouses et complexer certaines jeunes femmes en quête de la taille mannequin...

    Sous ses vêtements, elle arbore quelques petites cicatrices issues de petites blessures ou d'opérations devenues presques monnaie courante pendant la petite enfance.


  • Biographie:

      Venue au monde :

    Les seventies… Quelle drôle d’époque… A l’heure où le reggae s’exporte hors de ses terres natales et que le Hard Rock quitte les frontières du Royaume-Uni. Alors que la guerre froide bat son plein dans le monde entier que Gold Exchange Standard provoque un effondrement monétaire, certains observent ce qu’il se passe et continuent de vivre leur vie tout tranquillement sans vraiment se préoccuper de toutes ces considérations pour ne pas vivre dans le peur. Parmi tous ces anonymes il y a le ciel, le soleil et la mer mais aussi Mister Jim Finnigan et sa femme l’ex et future Mademoiselle Sheryl Martin qui sont sur le point de divorcer. Comme pour se donner une dernière chance de sauver son mariage, le couple qui vit alors à Winnipeg à quelques kilomètres de la frontière américaine gagne un voyage de deux semaine en Europe. Ce voyage tombe au moment où Sarah est enceinte de quelques mois, certainement de Jim mais rien n’est moins sûr que depuis que la jeune femme a sombré dans le vice de la boisson et oublie fréquemment ce qu’elle a fait la veille au lendemain.

    Jim est dépassé par les évènements, cette grossesse non désirée dans laquelle il voit autant de promesses de bonheur que de désastres surtout si Sheryl continue à mettre sa vie et celle de leur progéniture en jeu de la sorte. Si Mister Finnigan place beaucoup d’espoir dans ce voyage mais il le redoute tout autant. Ils prennent l’avion le jour prévu avec leurs bagages et s’envolent pour Londres. La capitale anglaise et ses charmes sous le thatcherism les accueille le temps d’un week-end avant qu’ils reprennent la route pour atteindre la Belgique et Bruxelles… Et ainsi de suite jusqu’à l’arrivée en France. Paris et sa Tour Eiffel, ses Champs-Elysées… Le parcours culinaire qu’ils ont choisi les emmène en Bretagne puis à Bordeaux mais le voyage ne se poursuit malheureusement pas vers Toulouse et le Sud de la France. En effet, Sheryl trouve un intérêt tout particulier à cette ville et surtout aux vignobles bordelais dont la renommée n’est plus à faire. Les trois derniers verres de vin rouge voire même les trois premiers furent de trop car la jeune femme approche dangereusement le coma éthylique, fait une mauvaise chute et perds les eaux prématurément. Sheryl n’est pas arrivée au terme de sa grossesse, il est trop tôt pour que leur enfant voit le jour. Jim la fait conduire d’urgence à l’hôpital mais ce qui doit arriver se produit et quelques instants avant les douze coups de minuit célébrant la nouvelle année, une petite fille prématurée voit le jour. Jim ne savoure malheureusement pas cette naissance comme il s’y attendait. S’il est très heureux d’avoir un enfant, son enthousiasme est gâché par l’état plutôt lamentable de son épouse qui n’a pas encore conscience de ce qu’il vient de se passer et l’état de santé précaire de sa fille qui doit séjourner en couveuse.

    Le jeune père se retrouve alors à devoir annoncer à sa femme qu’elle a accouché et cette dernière lui crache au visage qu’elle ne veut pas de cette enfant sous son toit et que Jim va devoir choisir. Son enfant ou sa femme mais apparemment pas les deux. Le coup est dur à encaisser pour lui, le choix est plus que cornélien d’autant plus difficile que Sheryl lui a fixé un ultimatum : il doit se décider avant de reprendre l’avion pour le Canada à savoir dès que sa fille sera en état de voyager ce qui risque d’arriver très vite car les médecins sont étonnamment très optimistes à propos de son petit bébé qui n’a toujours pas de nom. Alors que Sheryl quitte l’hôpital pour retourner à ses bouteilles, Jim lui se retrouve seul à veiller sa fille et plus il la regarde moins il se sent le courage de l’abandonner et puis, ce voyage était un peu celui de la dernière chance pour son couple. Si Jim n’a pas posé l’ultimatum la bouteille ou moi à Sheryl c’est bien parce que malgré l’enfer qu’elle lui fait vivre il l’aime encore mais il réalise que le bébé qu’il a devant lui ne mérite pas de faire ses premiers pas dans la vie au milieu d’un couple en ruine voire même d’un orphelinat. Sheryl a fait son choix, lui fait le sien et construira l’avenir avec sa petite. Il est désolé que son enfant ne puisse grandir dans une véritable famille sans sa mère mais Jim estime que ce n’est pas parce que sa mère l’a renié qu’il doit lui l’abandonner. Son devoir de nouveau père prend le dessus. Il enregistre sa fille sur les registres d’état civil français sous le nom de Charline Noémie Finnigan et la reconnaît de manière officielle avant de rentrer à Winnipeg avec elle dès qu’il a le feu vert du corps médical quelques mois plus tard.


      Petite enfance :

    Autant le dire tout de suite, les premiers mois avec Charline ne furent pas une partie de plaisir pour Jim qui se retrouvait à devoir assumer sa vie de père et sa vie professionnelle dans le même temps de manière un peu imprévue d’autant plus que sa fille est une prématurée et qu’elle doit recevoir des soins particuliers. Quand il est au bureau, c’est Julia, l’une des tantes de Charline qui la garde quand sa grand-mère ne peut pas le faire. L’avantage d’avoir une famille assez nombreuse est que l’on peut confier son enfant à ses pairs en toute tranquillité avec l’avantage de ne pas avoir à payer à la fin des heures de garde. Être un père célibataire n’est pas de tout repos mais au fur et à mesure que Charline grandit une étrange complicité se créée entre Jim et sa progéniture. Jim a le souci de faire en sorte que sa fille ne manque de rien et passe beaucoup de temps avec elle de peur qu’elle ressente le manque de sa mère qui est en train de cuver quelque part dans la ville. Jim n’a plus aucun contact avec Sheryl et la jeune femme n’a pas l’air de chercher après lui. Et après quelques longs mois, il est temps pour Charline d’entrer au jardin d’enfants. C’est un tout nouvel environnement mais miss Finnigan a l’habitude d’être en contact avec beaucoup de monde et notamment d’autres enfants ce qui fait d’elle une petite fille très sociable qui fait le premier pas envers les autres. Globalement ses instituteurs sont satisfaits d’elle à ceci près qu’elle se révèle un peu turbulente à cause d’un trop plein d’énergie qu’elle n’est visiblement pas en mesure de canaliser. Si tout ce passe particulièrement bien à la maison, Jim tombe un peu dénue lorsque Mrs Smith le convoque à l’école pour lui expliquer la situation. Charline, en petite peste adorable qu’elle ait joue la parfaite petite fille sage devant son père et sa maîtresse mais lorsqu’elle rentre à la maison et que son père lui demande ce qu’il se passe, le pauvre homme se retrouve à devoir tenir une discussion avec une petite fille de quatre ans qui n’a pas encore toutes ses dents et qui est aussi malicieuse que mignonne. Pour palier à son trop plein d’énergie et sur les conseil de Miss Smith, Jim décide de faire pratiquer un sport à sa princesse. Seul hic… Trouver un sport adapté à une enfant de cet âge. Son choix se porte sur la baby-gym et Charline semble très heureuse de revêtir sa tunique de sport à chaque cours. Et qu’elle n’est pas la fierté de Jim de découvrir son petit bout à la din de l’année lors du gala de présentation. C’est à cet instant que Mister Finnigan découvre sa fille sous un autre jour et est un peu rassuré. Il n’est pas un si mauvais père que ça, surtout quand il observe sa fille si épanouie.

      Enfance :

    Il est temps pour Charline de rentrer dans la cour des petits grands qui apprennent à lire à compter et c’est le début des problèmes de maths et bizarrement, mini-Finnigan semble adorer ça. Doté d’un esprit vif, elle comprend très vite ce qu’on lui explique et parvient à le mettre en application rapidement. Sous la demande de sa fille, Jim achète un cahier de devoir de vacances ou de soutien scolaire remplit de petits problèmes de la vie courante et Charline peut passer des après-midi entiers dessus avec sa grand-mère. Mais un jour vînt la terrible question à l’école : Que font vos parents dans la vie ? Charline, dans sa pleine innocence répond alors que sa mère boit sans connaître la portée que peuvent avoir ses paroles. Jim a toujours été franc avec sa fille quand elle lui posait des questions à propos de sa mère. Il s’était fait la promesse de ne lui dire que la stricte vérité et c’est ainsi que Charline pu répondre à sa maîtresse. La jeune femme d’ailleurs s’empressa d’appeler son père pour avoir quelques explications, prête à appeler les services sociaux dès qu’elle aura raccroché. Jim prend alors rendez-vous avez Miss Johnson et répond à toutes ses interrogations. Devoir se justifier de la sorte chaque année est un peu pénible à la longue mais il ne peut pas dire à sa fille de mentir ce jour là car ce sont des réponses des enfants que sont tirés les parents qui devront venir présenter leur métier lors de la journée « Les parents à l’école ». Et comme par hasard, c’est à ce moment que Sheryl choisit de refaire surface après huit ans de silence radio. Un après-midi, elle vient frapper à la porte de Jim, visiblement ivre ou en cours de cuvage et entre chez lui avant qu’il n’ait eu le temps de l’en empêcher. Elle réclame alors après son enfant, elle veut la voir. Pourquoi après tout ce temps ? Jim ne put jamais vraiment le savoir mais il se retrouve un peu piégé entre le désir que sa fille rencontre sa mère car il estime que c’est tout de même important et le devoir de la protéger d’elle car dans son état, la situation peut dégénérer et Jim sait qu’avec un fort taux d’alcool dans le sang, son ex peut devenir parfaitement incontrôlable. Mais Charline arrive dans la pièce et demande bien évidemment qui est cette jeune femme. Jim reste interdit alors que Sheryl détaille l’enfant d’un œil mauvais comme si elle avait une idée derrière la tête. Le courant ne passe évidemment pas car avec ce regard effrayant braqué sur elle, Charline ne sent bien vite plus très à l’aise et commence même à avoir peur de sa mère. Peut-être à juste titre… Sheryl repart comme elle est venue laissant derrière elle un Jim complètement dépassé par les évènements qui finit par reprendre du poil de la bête après un temps d’arrêt de plusieurs secondes avant de reporter son attention sur sa fille venue chercher du réconfort auprès de lui après cette étrange rencontre.

    Mais à cet instant, les deux Finnigan ignorent ce qui les attend et comprennent à leur dépend que cette visite surprise n’était qu’une phase de repérage avant de passer à l’assaut en quelque sorte. Personne ne sut jamais ce qu’il se passa cette fameuse nuit où la vie de Charline et de Jim a complètement basculé. Eux-même ne le savent peut être même pas mais une chose est sûre, ils n’en ressortirent pas indemne. Jim part dans une profonde dépression alors que Charline elle termine dans un hôpital psychiatrique alors qu’elle n’a pas encore fêté ses dix ans…


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
..................................

..................................




MessageSujet: Re: Charline Finnigan   Ven 31 Oct 2008 - 22:19
      Adolescence :

    C’est dans un univers capitonné et sous fortes doses de drogues usuellement administrées en hôpital psychiatrique que Charline entre dans l’adolescence. Ayant subit un profond traumatisme et étant donné son jeune âge il est d’autant plus difficile pour elle de se remettre. Son père lui manque terriblement et elle ne peut pas le voir. Les infirmiers ont beau lui expliquer elle ne comprend pas et cet endroit qui est censé l’aider et la guérir devient rapidement un véritable enfer. Ne pas voir Jim est une véritable torture que Charline finit même par interpréter comme une injuste punition. Les autres enfants qui sont avec elle lui font peur et elle s’isole au maximum. Lorsque l’un des pensionnaires s’approche trop prêt d’elle ou lorsqu’il l’embête juste pour le plaisir Charline explose comme une bombe à retardement ou au contraire fait de terribles crises d’angoisse qui la font retourner dans une chambre où elle est enfin seul. La vie à l’asile est bien différente de celle au dehors si bien que ce sont derrière ces murs blanc que Charline est censée passer les plus belles années de sa vie. Entre deux prises de médicaments, deux consultations avec le psy et un soutien scolaire précaire. Les « joies » de devenir une femme et de voir son corps se transformer petit à petit se produisent sans que Charline n’en prenne réellement conscience, personne ne lui explique vraiment pourquoi à peu près chaque mois elle a mal au ventre et elle saigne de l’entrejambe pendant jour avant que cela ne disparaisse comme c’est venu. Charline voit ce changement comme une grave maladie dont elle serait atteinte et qui finira par la tuer si l’on ne fait rien pour elle…

    Et puis un jour, des années plus tard, Jim vient à l’hôpital, il va mieux et il a en quelque sorte refait surface pour sa fille et lorsqu’il la découvre dans cette chambre aux murs blanc, dépouillée de tout ce qui faisait d’elle sa personnalité il tombe de haut si bien qu’il demande si c’est bien sa fille. Il n’a alors plus qu’une seule obsession la fait sortir de là. Charline a bientôt quinze ans et il n’est pas question pour lui qu’elle fête son anniversaire dans cet endroit. Il se heurte à l’avis de son thérapeute qui refuse catégoriquement de la laisser s’en aller avant de l’avoir guéri de son mal. Jim lui fait alors remarquer que cela fait presque cinq ans qu’il essaie de la soigner et aujourd’hui il n’a toujours pas de résultat. Jim sort sa fille de cet enfer et après quelques jours à la maison et une fois débarrassée des plus fortes doses de médicaments qu’elle a ingéré, son père reprend les choses en mains. Il découvre l’ampleur des dégâts cependant il est déterminé à aider son enfant, la chair de sa chair et s’il la sortit de l’asile ce n’est pas pour l’y renvoyer alors il ne la quitte plus, jour et nuit il est auprès d’elle. S’occuper de Charline est un travail à plein temps et heureusement, Jim reçoit l’appui de sa famille qui n’a pas pu agir avant et son entourage lui apporte en plus d’une aide matérielle tout le soutien dont il a besoin pour vaincre le Mal de son enfant.

    Et un beau jour, en plein milieu de l’été, le déclic s’opère enfin. Charline recommence à vivre, à s’intéresser au monde qui l’entoure. Elle n’est certainement pas normale mais elle fait preuve d’une énergie sans précédent, comme le phoenix renaît de ses cendres, une nouvelle Charline est apparue. Certes très bizarre, mais incroyablement belle d’âme. Si certains rouages de la logique ne s’opèrent pas toujours dans son esprit farfelu, Charline devient bien vite une folle géniale aux yeux de son entourage et c’est finalement tout ce qui compte. Tant pis, si le reste du monde ne l’accepte pas comme elle, elle ne leur laisse pas vraiment le choix. Jim n’aurait sincèrement pas imaginé une telle chose possible surtout quand les souvenirs de ses premiers jours avec elle à sa sortie lui reviennent en mémoire mais il est extrêmement fier d’elle et ne laissera personne traiter sa fille de folle, de cinglée ou de bonne à enfermer. Maintenant qu’elle va mieux, Charline peut reprendre ses études et aspirer à une un peu plus normale bien qu’elle soit presque fière de sa différence.

    Ayant accumulé beaucoup de retard dans ses études, Charline doit passer par des organismes spécialisés pour se remettre à niveau et réintégrer le cycle scolaire traditionnel. Après de longs mois d’efforts, elle rentre au lycée dans la section des jeunes du même âge qu’elle et si son caractère fait d’elle une marginale, elle ne se fait pas franchement d’amis dans une ère où l’on accorde peu d’importance aux déviants mais cela n’a pas l’air d’affecter Charline plus que ça. Être seule ne lui pose pas de problèmes. En réalité, elle préfère peut-être même être en solitaire dans son univers et si personne ne veut se donner la peine de tenter de la connaître et de la comprendre eh bien tant pis !

    Côté cours, Charline se révèle toujours aussi brillante en mathématiques, au grand étonnement de ses professeurs qui ont tendance à la sous-évaluer au premier regard sur son parcours scolaire et par la case Hôpital Psychiatrique qui lui a fait arrêter ses études. Finalement, elle décroche l’équivalent canadien du Baccalauréat et vient pour elle le temps d’entrer à l’université. Charline n’a pas de grandes ambitions, elle souhaite simplement un petit boulot qui lui permette de vivre sa vie tranquillement alors ses talents en maths la font poursuivre dans un cursus de comptabilité et de gestion.


      Vie Adulte :

    Obtenant son diplôme universitaire à 23 ans, elle s’arrête là lorsqu’elle décroche un Job dans une compagnie de frêt où on lui demande de s’occuper de la réserve. Un boulot plutôt emmerdant pour pas mal de monde mais Charline s’y sent bien et les flux entrants et sortants de marchandises n’ont aucun secret pour elle. D’abord réticent son patron, un vieil homme proche de la retraite finit par apprécier la présence de Charline dans ses locaux. Elle fait un super bon boulot et il finit même par trouver un certain charme dans ses frasques quotidiennes. Le vieux Sam soit bien avouer que depuis l’arrivée de sa nouvelle employée, il est plus tranquille et puis voir un visage souriant plutôt qu’une ribambelle de gueules de cons toutes la journée en guise de clients est assez rafraîchissant et reposant. Mais un jour vînt la passation de pouvoir et le fils de Sam, David, n’est pas aussi tendre que son père. C’est un jeune diplôme d’une grande école de commerce qui a des idées bien voire peut-être même trop arrêtées sur la manière de gérer une entreprise et comment la faire prospérer. Du coup, c’est le clash avec Charline et ce dernier la vire un peu comme une malpropre après deux ans de bons et loyaux services ,ce qui n’est pas du goût de son père mais malheureusement il ne peut plus rien faire. Cependant, il aime bien la petite Charlie et ayant encore pas mal de relations il plaide sa cause à un ami de l’ami de l’ami de et très vite Charline reçoit un appel pour une proposition d’emploi dans une organisation gouvernementale américaine qui a cherche du personnel qualifié et motivé pour partir travailler en Antarctique. Au départ hésitante à quitter le Canada, Jim pousse sa fille à partir en lui faisant comprendre que ce genre d’opportunité ne se représentera pas une deuxième fois et que si son ancien boss l’a recommandé là-bas ce n’est pas pour rien. Finalement, après moultes nuis blanches de réflexions Charline accepte le poste qu’on lui offre et fait ses valises.

    La séparation avec son père et le reste de sa famille est difficile et Charline a très souvent le mal du pays en Antarctique au milieu de nulle part mais peu à peu elle s’adapte aux conditions de vie au pôle Sud et reprend une vie quasi normale là-bas. Charline travaille à présent sous les ordres du Docteur Elizabeth Weir mais elle a tout de même une assez grande liberté d’action car finalement Weir n’est là que pour signer les bons de commandes qu’elle vérifie un peu à la hâte étant donné qu’elle beaucoup mieux à faire et après quelques mois elle a pu vu que Charline restait professionnelle et que les rapports qu’elle lui remettaient étaient remplis en temps et en heure. D’ailleurs, c’est un peu tout naturellement qu’elle embarque la jeune femme dans l’équipe Logistique et lui fait traverser la Porte des Etoiles pour la Galaxie de Pégase à l'aube de son vingt-sixième anniversaire.


      Atlantis Era :

    Sur Atlantis, Charline voit ses journées très occupées en début d’expédition. Dès que les équipes de sécurité lui auront assigné un local pour entreposer tout ce qui doit constituer la réserve, la jeune femme à l’uniforme vert devra tout ranger, tout recompter, bref pas le temps de s’ennuyer. Mais une fois que cette tâche fut achevée, Charline se retrouve alors confronté à de looongues, très loooongues journées solitaires et d’un ennui mortel. D’ailleurs, elle ne mettra pas longtemps trouver des activités pour s’occuper quand de rares visiteurs ne viennent pas la voir en quête d’uniformes de rechange ou de munitions. Charline fait un peu partie de ces personnes de l’ombre qui n’accomplissent pas d’actes héroïques à la manière de Sheppard ou de McKay mais qui sans eux, l’expédition ne pourrait pas tourner.
    Lors de la deuxième année de l’expédition, Charline voit son travail évoluer un peu au gré des ravitaillements effectués via le Dédale. Le rangement lui prend quelques jours et très vite Charline se voit diriger toutes sortes de petits trafics sur la Cité. Les accros à la nicotine en manque de tabac descendent assez régulièrement mais en toute discrétions à la réserve pendant les heures nocturnes pour mendier à miss Finnigan quelques paquets de clopes. Puis vient l’alcool et ainsi de suite si bien qu’au fil du temps, la réserve de Charline connaît quelques visiteurs plus ou moins réguliers ou habitués ponctuant ainsi ses longues journées de solitude de quelques contacts humains. Personne ne sait comment Charline se débrouille pour obtenir ces denrées et lorsqu’on le lui demande elle ne donne jamais la même réponse si bien que tous finissent ou presque finissent par abandonner.


  • Anecdote :

    Rencontre atypique John Sheppard/Charline Finnigan en Antarctique.

    John détestait travailler sur ce continent de merde. Il faisait trop froid, le moteur de son hélicopter calait à cause du froid. Il ne pouvait pas trop voler, à cause des tempetes de neige, et quand il volait c'était pour des missions diplomatiques. Non mais franchement, pire que cette punition, il n'avait pas pu avoir....enfin...en théorie il ne travaillait pas en antartique, mais...bon...là il était coincé pour un peu bcp de temps.

    Alors qu'à l'avant poste des Anciens tous les scientifiques de l'expédition Atlantis s'affairaient autour de diverses études sur toute la technologie découverte jusqu'à présent, une jeune femme, elle, semble totalement absente de ces préoccupations. Alors que tous tremblent de froid et attendent avec impatience de remonter à la surface afin de pouvoir aller prendre un café ou un thé bien mérité, Charline elle toute seule dans son recoin réserve n'a pas fait tomber la chemise mais bel et bien la veste polaire afin de pouvoir être plus libre de mouvement. Les manches de son sous-pull retroussées et les cheveux au vent, la technicienne dansait comme dans une discothèque avec comme source musicale les écouteurs de son Mp3 bon marché.

    John dans son éternel ennui, vint par le plus grand des hasards du côté de chez Charline. Starbuck glaconné à la main, il l'observait de loin, un petit sourire aux lèvres. Il avait cotoyé des illuminés dans sa vie, mais celle-là....il l'enviait...parce que cela lui rappelait sa jeunesse, aujourd'hui il n osait plus danser comme ça, ni même faire quelque chose de fou.

    Charline de son côté continuait son petit manège ajoutant maintenant de la voix à sa chorégraphie. Une chose était sûre, quelle que soit la chanson c'était faux mais archi faux comme à la Star Ac' (pas pire parce que les boss dans ce domaine ce sont quand même eux ) cependant cela n'avait par l'air de la déranger et c'est un militaire un peu grincheux et fatigué qui craqua et se leva pour aller gentiment lui demander de se la fermer pronto. Charline enleva simplement l'écouteur de son oreille droite pour écouter ce que son peut-être nouveau client avait à lui demander tout en continuant de danser. Voyant qu'elle avait apparemment du mal à saisir le message car elle continuait son petit manège il l'attrapa par le col et la fit passer à moitié au-dessus de son petit comptoir, ses pieds ne touchant plus le sol. Elle observa alors le jeune homme d'un regard étrangement vitreux montrant qu'elle ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait. Bob, le responsable du mess leva les yeux au ciel en secouant la tête d'un air quasi affligé sans pour autant venir en aide à la victime.

    John finit de boire son café, observant avec une certaine lassitude la passivité des membres face à une telle agression. Il se souvint de ce magnifique cours sur les harcèlement sexuel...et se demandait si c'était un feu orange, ou jaune. Peu importante. Il soupira et jeta son goblet avant de s'avancer vers monsieur l'intéressant. Un petit tappotement sur l'épaule pour attirer son attention et un sourire de "pose la tout de suite et dégage avant que ton joli minois ne soit rempli par un stalactite qui se trouve justement à portée de main.

    Le militaire jaugea l'homme qui le dérangeait dans sa phase "j'apprends le respect à cette connasse". L'étiquette sur son blouson indiquait qu'il était Major et plus gradé que lui, il aurait du lâcher sa proie mais à croire que John venait de rencontrer une tête brûlée puisque ce monsieur lui adressa un regard signifiant "Va voir ailleurs si j'y suis". Tout naturellement il reporta son attention sur la jeune femme qu'il tenait par le col et qui le regardait de cet air niais qui en agacerait plus d'un. Un des cuistots qui passait par là avec un bac de poisson vide se mêla de loin à la scène en lançant un : "Mais laisse donc cette gosse tranquille ! Elle est complètement cinglée ! Tu perds ton temps vieux" avant de poursuivre son chemin en levant les yeux au ciel.

    John n'avait rien contre les têtes brûlées, vu qu'il en était une, mais ce qui l'agaçait, c'était le petit prétentieux de médeux qui faisait le paon quand il ne fallait pas, et se pissait dessus quand il fallait être au front. Ce jeune lieutenant n'avait sans doute jamais connu la guerre, dieu l'en préserve, mais s'il l'avait connu, il saurait certaines choses qu'un demeuré même apprend. John entendit le cuistot et soupira. Encore un illuminé...il semblait n'y avoir que cela dans ce coin de la planète. L'envie lui prit de prendre un des poissons et de faire une mauvaise farce au lieutenant devant lui....il le ferait....dans ses quartiers.


    "Lieutenant...je crois bien que votre chef d'esquadrille vous a appelé...ce serait fort dommage qu'il apprenne que vous plaquez une femme sans défense contre le mur en la tenant de manière si abus sexuel...renvoi de l'armée assuré si O'neill l'apprend...par quelqu'un qui ne sait pas tenir sa langue"
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
..................................

..................................




MessageSujet: Re: Charline Finnigan   Ven 31 Oct 2008 - 22:20
    "De quoi je me mêle ?" répondit cette fois le Lieutenant à Sheppard qui trouvait fort déplacé d'être interrompu de la sorte. "Va voir dans ton hélico si j'y suis pauv' tâche !"

    Il y avait deux genres de têtes brûlées, les inconscientes à l'image de ce lieutenant et les raisonnées qui savaient ce qu'elles faisaient à l'image de Sheppard. Le problème est que l'une n'a pas de limites et que l'autre connaît suffisamment bien les siennes pour s'en accomoder. Charline semblait étrangement passive, comme absente de la scène. N'importe quelle femme avec un peu de jugeotte aurait profité de la situation pour mettre son genoux sans retenue aucune entre les jambes de l'agresseur pour se libérer mais pas Charline. Le lieutenant délaissa de nouveau Sheppard avant de regarder la technicienne. Il se saisit de son lecteur mp3 qu'il arracha avec force, brisant ainsi la ficelle noire qui suspendant l'appareil à son coup avant de le laisser tomber par-terre pour le bousiller d'un coup de talon. Son regard se fit plus menaçant et avant que John ait pu faire quoi que ce soit, il frappa méchamment Charline au visage en lui tâchant de lui faire comprendre qu'il ne voulait plus l'entendre de la journée et si possible ne plus la voir du tout.

    A peine monsieur l'intelligent eu fini son travail mal propre, que John s'employa à lui faire endurer la torture du pauvre lecteur et le coup de poing. Sauf qu'à linverse de Charline, le lieutenant méritait amplement ces coups qui étaient retenu, mais qui faisait comme même du bien par là ou il passait. Lui faisant une clé du bras, il l'envoya à 2 deux marines. "Mettez le en cellule disciplinaire tout de suite" ordonna-t-il alors que le lieutenant criait au meurtre, les 2 marines se jetèrent un regard entendu. "Voyons man, t'es tombé tout seul, personne n'a jamais levé la main sur toi" Pendant que les 3 hommes disparaissait, John s'agenouilla près de Charline et lui sourit . Il ne lui demanda pas si elle allait bien, parce que cela aurait été stupide, mais délicatement inspecta l'impacte du coup.


    "Venez, on va mettre de la glace là dessus"

    Quand le lieutenant lâcha Charline, la pauvre jeune femme retomba par terre comme un véritable sac à patates et sa seule action pour ne pas avoir d'autres ennuis fut de s'écarter un peu des militaires pour s'asseoir par-terre contre la paroi d'un contener avec l'horrible sensation d'avoir la tête qui tournait. Elle n'avait pas vraiment recouvré ses esprits lorsque John examina sa blessure mais alors qu'il s'apprêtait à l'aider à se relever Charline vit alors les restes de son lecteur Mp3 et s'en préoccupa plus que de la douleur à son visage. Elle se traîna jusqu'à lui, ramassa l'objet et l'inspecta un instant avant de le lancer sur le comptoir comme si elle le classait dans une tâche à faire plus tard avant de fouiller dans l'une des proches de son pantalon pour en tirer exactement le même lecteur Mp3 que celui que le Lieutenant avait brisé et le remettre autour de son cou. C'était sa manière à elle de signifier à ce crétin qui n'était plus là : "Ah ah ! Dans ta gueule !" ou plus simplement un bon petit f*ck . John leva un surcil devant le comportement de charline.

    *OOOOKAY* pensa le militaire, mais se retint de tout commentaire.

    "Miss?....Are you okay?"

    Charline se tourna vers son interlocuteur, lui accordant maintenant sa pleine attention, enfin, elle le détailla d'abord d'un rapide regard avant de plonger son regard dans le sien, comme si elle le sondait enfin elle ne tint pas longtemps son regard restant dans la limite de la politesse avant qu'elle ne fronce légèrement les sourcils et ne porte une main tremblante à son visage à l'endroit douloureux. Laissant échapper un "Aoch" bien américain elle resta cependant là sans bouger assise contre ce caisson sans avoir encore répondu à John, ce n'était pas volontaire mais trop de choses se passaient dans sa tête actuellement et la gestion de toutes les informations étaient assez anarchique et prenait un certain temps. Rester assise par-terre c'est à dire à même la glace n'était pas spécialement une bonne idée mais c'est à ce moment que la proposition de John de mettre de la glace sur sa joue arriva. Heureuse coïcidence. A l'aide d'un cutter fermé, Charline racla la couche de glace près d'elle pour former un petit amas de neige qu'elle ramassa dans une main et appliqua un peu maladroitement le tout sur sa joe en esquissant une grimace à cause de la température négative de sa préparation. Et enfin, the last but not the least, la dernière question de John arriva dans son esprit tatata taaaaa !!! La question sonna un peu faux à ses oreilles. On ne lui demandait jamais comment elle allait sauf ses amis proches qui étaient passés outre la barrière de c'est une folle.

    "You are a newbie right ?"
    -Kind of Yeah..."
    - I understand now...
    - What?"
    - Long story shorts, nobody comes to help me and never asks if I'm okay because I'm not really... Mh... How to say it..."


    Charline chercha ses mots quelques instants mais arrêta bien vite et ce fut Sheppard qui termina d'ailleurs sa phrase.

    "a pain in the ass like some borring people in this world?
    - Kind of... Yeah...
    - I'm John....John Sheppard....what's your name?
    - Charline... Charline Finnigan
    - Charline....joli prénom...alors Charline...qu'ecoutez vous pour danser comme dans une discothèque ?
    - Thanks
    répondit Charline, un peu surprise par le compliment.

    La question sur le type de musique la surprit d'autant plus, pas vraiment habitué à ce que quelqu'un sur ce continent ait un quelconque intérêt à savoir ce genre de choses mais bon, pour une fois que ça lui arrivait, elle n'allait pas faire la fine bouche et puis si ça l'intéressait vraiment autant lui répondre.


    "Well... Je ne fais pas spécialement attention à ce que j'écoute... Peu importe le morceau pourvu qu'il y ait de quoi bouger... Vous voulez... Ecouter ?
    - Pourquoi pas....mais...peut etre pas sur le sol...ce n'est pas dans mes habitudes d'avoir froid aux miches
    - D'accord, comme vous voulez..."


    Charline se releva en douceur avant d'attendre la marche à suivre donnée par le militaire.

    John se redressa de même et invita charline dan un coin un peu plus réchauffé du mess.


    [Réalisé avec la complicité du maître de ces lieux, merki beaucoup !!!]


  • Informations supplémentaires : Quoi y'en a pas assez avec tout ça ???


HRPS


  • Actrice représentant: Zooey Deschanel

  • comment avez-vous connu le forum: Wink Je t'en pose des questions moi ?

  • Code du règlement: Evan est un fouetteur de bleus -> Approche-moi avec ton jouet sado-maso et je te le fais bouffer... Got it Laughing ?
Revenir en haut Aller en bas

ThE GaMe Is On
..................................

avatar
..................................
Nombre de messages : 5526
Date d'inscription : 13/07/2006
Localisation : Atlantis
Emploi : Leader d'Atlantis




MessageSujet: Re: Charline Finnigan   Sam 1 Nov 2008 - 23:20
note pour ceux qui ont posté a la suite de la pésentation: j'ai effacé vos mess pour permettre à Charline de poster sa fiche en continue

Bienvenue ma fofolle adorée, content de te revoir...validée tu es

_________________

    And it's coming closer ■ Driven by the strangled vein, showing no mercy I do it again. Open up your eye, you keep on crying, baby. I’ll bleed you dry. The skies are blinking at me. I see a storm bubbling up from the sea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pegasus-mystery.highforum.net

Invité
Invité
..................................

..................................




MessageSujet: Re: Charline Finnigan   Sam 1 Nov 2008 - 23:21
Merci John ! Glad to see you again too ^^
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
..................................

..................................




MessageSujet: Re: Charline Finnigan   Mar 4 Nov 2008 - 0:22
hey hey babe....what's up ^^
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
..................................

..................................




MessageSujet: Re: Charline Finnigan   Mar 4 Nov 2008 - 0:25
Hmm... Fine as usual... And you... Babe... ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
..................................

..................................




MessageSujet: Re: Charline Finnigan   Mar 4 Nov 2008 - 1:17
fine mi lady ^^
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
..................................

..................................




MessageSujet: Re: Charline Finnigan   Mer 19 Nov 2008 - 4:28
Bienvenue est désolée du retard^^
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

..................................

..................................




MessageSujet: Re: Charline Finnigan   
Revenir en haut Aller en bas
 

Charline Finnigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Pegasus' Mystery :: PM - Connecting People :: Fiches de présentation :: Fiches refusées-